Feuille de route

Résumé

Présentation complète du processus (pdf)

 

Nouveau processus pour un Dialogue Euro-Arabe pour la Coopération et la Sécurité (DEACS)

Les tensions qui affectent les relations euro-arabes sont inquiétantes et lourdes de conséquences politiques, économiques et sociales tant pour le monde arabe que pour l’Europe. Pour les atténuer, la seule option est de repenser en profondeur ces relations avec le double objectif de sécuriser cet espace et d’esquisser les contours d’une ère de coopération et de prospérité. Aucun pays, particulièrement dans une période de crises et d’interrogations, tant en Europe que dans la monde arabe, n’a intérêt à ce que les tensions perdurent. La coopération et la sécurité sont une nécessité absolue et incontournable pour tous les pays et, évidemment, pour toutes les populations concernées.

Nécessité d’un nouveau dialogue 

Après des années tensions, il convient de tirer les leçons de l’enlisement du Processus de Barcelone et de l’échec relatif de l’Union pour la Méditerranée. Il faut aussi fournir une réponse aux aspirations exprimées par des millions de jeunes, notamment, lors des soulèvements du printemps arabes à partir de 2010/2011. Ne rien entreprendre revient à faire perdurer les tensions avec le risque de susciter de nouveaux conflits.

La seule option valable et indispensable est  de relancer le dialogue en y impliquant tous ceux qui sont, en premier lieu, concernés par un apaisement de la situation : les citoyens de tous les pays euro-arabes à travers une large consultation de la société civile. C’est la proposition que fait Fondation pour la Promotion du Dialogue Méditerranéen et Euro-Arabe (FDMEA) à Genève qui vient d’être endossée par une étude du Global Studies Institute de l’Université de Genève. Elle doit aboutir à la rédaction d’un Livre blanc qui servira de base à l’instauration d’un dialogue euro-arabe devant lui-même conduire à l’ouverture de négociations intergouvernementales avec l’objectif de conclure un nouvel Accord Euro-Arabe de Coopération et de Sécurité.

Cette initiative se développera donc autour de deux grandes séquences :

  1. Une consultation de la société civile euro-arabe devant aboutir à la publication d’un Livre blanc,
  2. L’ouverture de négociations intergouvernementales euro-arabes devant aboutir à l’adoption d’un Accord Euro-Arabe de Coopération et de Sécurité

La première séquence sera gérée par la société civile avec l’appui des gouvernements et de toutes les institutions privées ou publiques susceptibles de contribuer à ce processus de consultation.

La deuxième séquence sera gérée et assumée par les gouvernements eux-mêmes avec la participation aussi large que possible de la société civile et de toutes les institutions susceptibles de contribuer au succès de cette négociation.

Cette initiative qui s’étalera sur une période d’environ quatre à cinq ans répond à l’intérêt de toutes les parties concernées qu’elles soient en Europe ou dans le monde arabe.

Administration du processus de dialogue 

La première partie du dialogue sera assurée à travers la mise en place d’un Partenariat d’institutions de la société civile euro-arabe avec l’appui d’un Secrétariat pour la rédaction du Livre blanc qui serait assuré par le « Global Studies Institute » de l’Université de Genève. Le Secrétariat sera financé à la fois par des contributions publiques et privées avec un fort engagement des partenaires privés, notamment de fondations, pour la rédaction du Livre blanc.

Une « Commission euro-arabe pour la coopération et la sécurité » composée de quinze à vingt personnalités représentatives à la fois du monde arabe et du monde européen sera chargée de surveiller et de valider, la rédaction du Livre blanc et servira de liens avec les gouvernements de tous les pays euro-arabes désireux d’apporter leur soutien à cette initiative à l’instar de la Commission des Nations Unies pour l’environnement et le développement (ou Commission Brundtland) qui aboutit en 1992 au Sommet de Rio.

Un groupe de pays (like-minded countries) sera institué durant la phase de rédaction du Livre blanc pour préparer l’ouverture de la deuxième séquence du dialogue : la négociation intergouvernementale en vue de l’adoption d’un nouvel Accord Euro-Arabe de Coopération et de Sécurité.

Sur le modèle du processus qui a contribué au succès du « Sommet Mondial de la Société de l’Information » (SMSI), Genève/Tunis (2003-2005), la société civile sera appelée à apporter sa contribution à la négociation intergouvernementale.

Calendrier envisagé pour le développement de ce nouveau dialogue euro-arabe :

2016-2018 :     Consultation de la société civile et rédaction du Livre blanc

2018-2019 :     Négociation intergouvernementale avec le but d’adopter un nouvel Accord Euro-Arabe de Coopération et de Sécurité

2020 :    Signature de l’Accord Euro-Arabe de Coopération et de Sécurité.

Flow ChartFr

  1. Le partenariat stratégique met en place le Secrétariat et assure son financement (avec l’aide des gouvernements)
  2. La Commission supervise l’activité du Secrétariat
  3. Le Secrétariat assure la gestion, la coordination et la rédaction du Live blanc
  4. La Commission valide le Livre blanc
  5. Le  Secrétariat consulte la société civile euro arabe pour la rédaction du Livre blanc
  6. La Commission établit les contacts avec les gouvernements et avec les organisations intergouvernementales pour engager la négociation intergouvernementale
  7. Le Livre blanc propose notamment les modalités d’organisation de la société civile euro-arabe pour lui permettre de participer à la négociation intergouvernementale
  8. Le Secrétariat intergouvernemental établit les liens nécessaires pour la consultation de la société civile euro-arabe
  9. Les gouvernements et les organisations intergouvernementales assurent l’organisation et la gestion de la négociation intergouvernementale
  10. La société  civile euro-arabe est associée à la négociation intergouvernementale
  11. Les gouvernement négocient, puis adoptent un Accord euro-arabe de Coopération et de Sécurité

* FES Friedrich Ebert Stiftung
* DAFG – Deutsch-Arabische Freundschaftsgesellschaft
* IRIS – Institut de Relations Internationales et Stratégiques
* CERI – Centre de recherches internationales de Sciences Po
* USJ – L'Université de Saint Joseph à Beyrouth